Accompagnement psychologique : Les activités collectives

L’effet « États Généraux »

La demande des personnes malades est très forte, concernant ces conseils et ces groupes de paroles, et elle s’exprime de plus en plus clairement, alors qu’elle était plus discrète autrefois : peut-être le besoin de soutien psychologique personnel reste-t-il encore lié, dans l’esprit de certains malades comme de nombreux médecins, à des notions de «faiblesse de caractère», ainsi que peut l’être parfois l’expression à autrui de sa douleur physique.

L’affirmation au grand jour des besoins de soutien psychologique, qui a déclenché des mesures concrètes de la part des pouvoirs publics et des établissements de soins notamment, doit beaucoup aux Etats Généraux des Malades qui ont provoqué une prise de conscience de la part même des médecins cancérologues que l’activité de soins lourds amène parfois à faire sous-estimer les problèmes relationnels et psychologiques.

Parallèlement, les nouvelles dispositions prises progressivement au niveau national et dans les régions devraient contribuer à mieux prendre en compte ce besoin fort, à l’avenir.

Ensemble pour parler

Le traumatisme de l’annonce de la maladie et tous ceux qui vont suivre tout au long du traitement (effets sur l’entourage familial et professionnel, difficultés d’information, effets secondaires des traitements, etc.) appellent une aide personnelle mais aussi collective.

Les activités collectives telles que les groupes de paroles, peuvent être très réconfortantes, et en tout cas instructives, pour les personnes malades en cours de traitement, auprès desquelles viennent écouter et répondre des personnes sorties des cycles de traitement et désireuses de faire partager leur expérience. Ces groupes de paroles se multiplient aujourd’hui, l’objectif étant que chaque service traitant des pathologies cancéreuses, chaque établissement de soins concerné, dispose d’un groupe de paroles.

L’activité associative, même si elle n’est pas facile lorsque l’on est en plein parcours thérapeutique, peut être d’un grand secours également, d’abord pour être informé(e) et aidé(e), ensuite pour informer les autres.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *